Vous avez envie d’exercer un métier où vous viendrez en aide aux autres de par vos connaissances et votre savoir-faire ? Et si vous deveniez serrurier ? C’est déjà l’idée que vous aviez en tête et vous aimeriez avoir plus d’informations pour savoir comment devenir serrurier ? Parfait, c’est ce que nous allons voir ensemble dans cet article !

Quelles études et quel parcours pour être serrurier ?

Commençons par le commencement. Vous en êtes à la toute fin du cycle d’enseignement primaire, au sortir du collège, et vous vous demandez dans quelle discipline poursuivre à la fin de votre année de troisième ? Si vous êtes à la recherche d’un métier qui allie à la fois le côté manuel et le côté réflexion, vous pouvez considérer que le métier de serrurier est fait pour vous. Pour y parvenir, quelles sont les études à suivre et comment établir son parcours pour devenir serrurier ?

Pour faire le bon choix et savoir jusqu’où aller dans vos études, l’idéal sera toujours de savoir le plus précisément et le plus tôt possible jusqu’où vous souhaitez aller. C’est ce que nous allons voir ci-dessous suivant que vous vouliez devenir serrurier dépanneur ou artisan serrurier à votre compte.

Devenir serrurier dépanneur : comment faire ?

Le plus souvent, le serrurier dépanneur exerce à la faveur du titre du même nom, un titre de niveau 4, c’est-à-dire niveau Baccalauréat. Le titre de serrurier-dépanneur vous apprendra déjà de très bonnes bases, mais il faudra poursuivre si vous voulez par la suite exercer en tant que serrurier à votre propre compte.
En attendant, si monter votre propre enseigne de serrurerie ne vous attire pas et que vous souhaitez exercer en tant que serrurier-dépanneur avec un statut de salarié, il vous faudra le titre de serrurier-dépanneur donc, ainsi qu’une certaine habileté naturelle et enfin un bon contact relationnel. En effet, vous serez très régulièrement au contact de la clientèle, une clientèle qui souvent fera appel à vos services dans une situation d’urgence et d’anxiété pour elle. Vous vous devrez donc d’avoir un contact facile qui vous permettra de rassurer la personne qui verra que vous êtes à l’écoute et que vous maîtrisez la situation, qu’il s’agisse d’une clé cassée dans la serrure, d’une clef volée ou perdue, d’une porte re-claquée alors que les clefs sont restées à l’intérieur, etc.

Devenir serrurier à son compte : comment s’y prendre ?

Si vous voulez pousser plus loin la démarche et que vous voulez devenir votre propre patron, le domaine de la serrurerie est l’un des domaines qui s’y prêtent le mieux. En effet, il s’agit d’un métier d’artisan pour lequel une majorité de prestataires sont des personnes qui évoluent en petit nombre et dont le responsable est quelqu’un qui a voulu à un moment donné être son propre chef.

Pour en arriver là et devenir responsable de votre propre enseigne spécialisée dans la serrurerie, comment faire ? Déjà, au niveau des études, il va falloir aller plus loin que le titre de serrurier-dépanneur. Soit vous obtenez un CAP serrurerie métallerie, soit vous ne passez pas par la case certificat d’aptitude professionnelle mais vous associez à votre titre de serrurier dépanneur plusieurs années d’expérience et de nombreux cylindres et barillets de serrure changés à votre actif !

Au niveau des compétences, nous retrouvons sensiblement les mêmes que pour l’exercice du métier en tant que salarié pour le compte d’un patron, mais auxquelles, forcément, d’autres compétences viennent naturellement s’ajouter. Vous devrez avoir un bon sens commercial et savoir gérer votre affaire en calculant votre rentabilité, surtout si une fois que vous êtes à votre compte vous embauchez un ou plusieurs serruriers dépanneurs pour travailler à vos côtés au quotidien ! Cette optique-là vous demander aussi de savoir manager des personnes. Une compétence que vous avez peut-être déjà naturellement mais qu’il vous faudra acquérir si ce n’est pas le cas.
Comme tout bon responsable, il vous faudra aussi évidemment savoir prioriser vos actions comme par exemple pour envoyer un devis rapidement à un client et maximiser ainsi les chances qu’il fasse appel à vous et non pas au concurrent, savoir anticiper tout ce qui peut l’être pour pouvoir intervenir dans les meilleurs délais chez les clients et ainsi générer de la satisfaction clientèle qui aura toujours des retombées positives, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *